The completely unfamiliar context of Japan opened new perspectives in resolving the paradox of beauty in the evil, through approaches like Wabi-Sabi and Tantrism. Wabi Sabi is a Japanese conception of beauty, imperfect and unpretentious, where things are either devolving towards or evolving from nothingness, and where beauty can be coaxed out of ugliness. Tantrism recommends us to liberate the dark forces, forbidden and dangerous, but terribly effective to free ourselves. As Youkobo Art Space was a former sanatorium for tuberculosis, it was obvious to start with a « lab » on Koch Bacillus and then, due to extreme air humidity conditions, molds.
RESIDENCE AT YOUKOBO ART SPACE TOKYO, August – September 2015
FLEURS DU MAL
MICROSCOPE 2, MYCELIUM
DARK PATTERN 3
BLADDERS & BUBBLES
DETREMPE ROUGE
DARK PATTERN 2
TÄUSCHUNG / CAMOUFLAGE
- mon laboratoire, mon chantier permanent, mon obsession. Le titre suggère Baudelaire, sans doute, mais le contenu n’y correspond que de façon éloignée: pas d’allégories, mais un réalisme éclairé traité de façon contemporaine. FLEURS DU MAL transporte des concepts comme transgression, manipulation, détournement, destruction, mort, déclin, beauté, illusion, attraction, séduction … au regard des questions/canons de l’esthétique.  Sans hiérarchie et censure, les études se développent de façon rhizomatique et aboutissent sous forme d’épreuves visuelles, à bords perdus.
- my laboratory, my work in progress, my obsession. The title may evoke Baudelaire, but the content corresponds to him only in a distant way: no allegories, but an enlightened contemporary realism. FLEURS DU MAL carries ideas like transgression, manipulation, camouflage, destruction, death, harm, decline, beauty, illusion, attraction, seduction … in the light of the questions/canons of aesthetics. Without hierarchy and censorship, the studies develop in an intertwined way and result in pictorial samples, endlessly.
Photo/diasec, 36 x 53cm Photo/diasec, 54 x 36cm Photo/diasec, 36 x 53cm Photo/diasec, 54 x 36cm Photo/diasec, 54 x 36cm Photo/diasec, 54 x 36cm Photo/diasec, 36 x 53cm
Les FLEURS DU MAL représentent des formes organiques en mutation. Avec leurs faux airs attrayants, elles séduisent et manipulent le regard et effacent les repères.
SPITTING PINK further studies on tuberculosis, drawings in lightboxes
MOLD FOREST, detail
NOSTALGIA
INITIAL DRAWINGS focus on microscopic structures and repetitive patterns
Flora Mar
GREEDY LITTLE FANTASIES
Mixed media on cardboard, 60 x 80 cm Drawing on cardboard 60 x 50 cm Painting on cardboard, 40 x 50 cm Drawing on cardboard, 40 x 65 cm Drawing on an antique map Drawing/Collage on an antique map Drawing on paper, 65 x 50 cm Paper objects in a box
on ruling
on Bombyx farming
on climate change
Still to this day, the secret of silk worm farming has been the longest kept in history
LARVAE Feed a high protein diet and get the size you want As the worms are tough, child labour is a true option (Besides, they make excellent food for baby reptiles or other pets) PUPAE are so heavy that moths cannot break out by themselves ADULTS cannot fly, need no food, will just mate
Flora Mar
Flora Mar zeigt das Resultat einer künstlerischen Wegstrecke, die sie einer graphic novel ähnlich gestaltet und in drei Hauptkapitel gegliedert hat. Zunächst geht es in die Genealogie, in unser dunkles Kellergeschoß, wo sich die secrets de famille als nachwirkendes Sediment abgelagert haben. Es folgt die Auseinandersetzung mit den grundsätzlichen (Un-)Möglichkeiten einer Kartographie und schließlich eine Reihe von Ansätzen und Skizzen einer Umsetzung. Die Arbeiten sind überwiegend auf Papier, das Medium der Notiz, der Skizze und der Erzählung. Das in der Regel feine und fragile Trägermaterial wurde von der Künstlerin in unterschiedlichster Weise behandelt und transformiert, der jeweiligen Aussage angepasst. Zur weiterführenden und vertiefenden Orientierung erhalten die Besucher eine eigens gedruckte Map. Hans Fellner
MAPPING THE DARK - Cartographies de l’inconscient « …. while the Dark determines our drift » Flora Mar Flora Mar lädt mit ihrer Ausstellung zu einem Tauchgang in das Unbewusste ein, in Begleitung von Sigmund Freud und von Marie Tharp, einer amerikanischen Ozeanographin, die maßgeblich an der Vermessung der Tiefsee beteiligt war. Das Unbewusste zu kartographieren ist, obwohl ein Paradoxon, vielfach im Ansatz versucht worden und kann dennoch nur scheitern. Die Sehnsucht, dieses Verborgene sichtbar zu machen, zu strukturieren und womöglich zu fixieren, zieht sich sowohl als wissenschaftliches als auch als privates Desiderat durch die Geschichte der Menschheit. Aber das Denken legt uns unausweichlich Fallen, weil es per se ständig Konstrukte produziert. Flora Mar zeigt künstlerische Ansätze zur Erforschung und Kartographierung des Unterbewusstseins und geht dabei vom „Dunkeln“ und seiner Analogie zur Tiefsee aus. Die sich immer wieder kreuzenden Terminologien der Psychoanalyse und der Tiefseeforschung stützen und verstärken sich gegenseitig, neue Perspektiven erschließend. Der Zugriff auf verschiedene Sprachen ist nicht manieristisches Spiel; es soll vielmehr dem „Auftauchen“ von Begriffen und ihren Konnotationen Rechnung getragen werden. Dieses Zulassen und Verarbeiten von Pop-ups ist Teil des künstlerischen Konzeptes und des kreativen Aktes der Bildfindung. Die monographische und thematische Ausstellung ist das Ergebnis einer langjährigen Beschäftigung der Künstlerin mit der Psychoanalyse und die Umsetzung ihrer Fragen (und Erfahrungen) in bildhafte Analogien.
Galerie Nei Liicht, Dudelange  08.03 – 19.04.2014
Use full screen
Flora Mar
SPARE TIME DRAWINGS is about girl trafficking.
Spare time relates to the time out between working shifts of prostitutes. The drawing material used here is mercurochrome, a common desinfectant stored in the girl’s cosmetic bag or  in the bathroom of her working place. The two sheets represents two geographic settings : the place where the girl originates, and the spot where she makes her living today. The lines of the water currents, rivers, lakes, and seashore are traced out of an atlas found in the working location. Spare time drawings show both the suffering and the emptiness of a current lifetime and at the same time a desperate attempt to stay connected with oneself.
Use full screen
Flora Mar
SILENT EDUCATION
THE POWER OF PATTERNS
THE ORDER OF THINGS DIE ORDNUNG DER DINGE
Le collectif autour du bleu a choisi un sujet qui appartient à tout le monde : la mère, être mère, avoir une mère, devenir mère, ou pas. Nous avons tous une mère et nous pourrions tous en parler pendant des jours ou… jamais.
Cette installation in situ dévoile, avec une délicatesse et une poétique bouleversantes, l’impact et la force des empreintes de l’éducation. Silent education c’est le non-dit, le jamais dit et cette façon de prendre pourtant ses plis, c’est l’acquisition des manières d’être, des obligations et le cheminement – accompli comme un équilibriste sur un fil – pour se libérer peut-être un jour de cet « ordre des choses » familial autoritaire. Les deux photographies (prises par Gudrun Bechet) montrent, sans aucune intervention, deux armoires de la mère de l’artiste qui contiennent les trésors de famille: le lin familial parfaitement bien rangé, au millimètre près. Cultivés, tissés et brodés par la famille de l’artiste, ces tissus si bien rangés sont la fierté de sa mère. Il était évidemment interdit de les utiliser librement. Face à ces photographies, l’artiste a créé son propre ordre des choses avec « ce qui est pour la fille mais que l’on cache » : les mouchoirs pour pleurer,les serviettes hygiéniques d’époque, les bandages, des draps en lin pas lavés et jamais utilisés (beiges et rêches). Ce trop de perfection dans l’enfermement duquel commencent les dérives… De l’autre côté de la pièce, l’artiste montre son propre cheminement sur un fil, sa manière d’être sortie de ces devoirs à travers eux (dyties). Elle a dû apprendre à tricoter à 5 ans. C’est à travers cette obligation, qui l’a fait souffrir, qu’elle a trouvé son chemin, on la suit, sur un fil… Et un devoir haï devient plaisir, on va de la première écharpe à la perfection, à l’idéal, des bas tricotés en soie. Ce cheminement prend du temps, c’est une performance, comme cette ligne ininterrompue que trace l’artiste. « La perfection est le contraire de la créativité” dit-elle, et pourtant son fil d’Ariane a quelquechose de parfait, dans ses déviations, sa fragilité, sa douceur intense. Cet itinéraire a en effet quelque chose de …parfaitement humain : un déséquilibre qui cherche puis trouve sa voie, un cheminement difficile qui revêt ensuite l’allure libre d’un jeu. L’artiste a trois déesses: Atlasse. The disposition to bear a burden (celle qui est capable de porter le fardeau qu’elle doit et veut porter; Lepidoptera. The impulse of destruction (le papillon mû par la pulsion de tout détruire, de manger le tricot); et Ariadne. Finding the golden thread (la liberté, le jeu, une fois arrivée au stade de libération)… Sofia Eliza Bouratsis
LESSONS duty, practice, progress, (the trap of) perfection, overcome, masterpiece
DISAPPOINTMENT
ICONS Dessins d’après photos anciennes et récentes
ATLASSE the disposition to bear a burden
LEPIDOPTERA the impulse of destruction
ARIADNE finding the golden thread
OUT OF THE WOMB Post-its 100 x 70 cm Thank you, Mom Womb Le rôle du père Forever Bitch Instinct maternel Harlow's Fallout 1,2,3 Maman s'écroule
ARCHIV Tables de chevet, mots et notes anonymes. C’est le début de ce travail. Pendant deux ans les artistes on demandé à leur entourage de noter sur un bout de papier ou par mail quelques mots sur leur mère… anonymat assuré. Les résultats sont bouleversants : « Je pourrais avoir mille pères mais une seule mère » ou « Alles Scheisse ausser Mutti » ou encore « ma plus grande déception c’est ma fille » en passant par une chanson d’Arno: « Ma mère elle m’écoute toujours… On devient ici voyeur autorisé d’un secret consciemment dévoilé.
CADAVRES EXQUIS (Réinvestissant le célèbre jeu collectif inventé par les surréalistes en 1925, chaque artiste a mis sa touche. Le Dictionnaire abrégé du surréalisme donne du « cadavre exquis » la définition suivante : « Jeu qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes sans qu’aucune d’elles ne puisse tenir compte de la collaboration ou des collaborations précédentes ». Petite-et-grande différence, peut-être parce que « maman n’ignore jamais les autres », les artistes ont ici pris en compte les interventions des autres… Peut-être aussi parce que telle est la singularité de la mère : savoir et pouvoir percevoir l’autre autrement. Sofia Eliza Bouratsis
Flora Mar
EXPORT IMPORT
Ce travail prend une position ambiguë entre une présentation scientifique et une installation artistique. Il suggère un mouvement migratoire de mouches vecteurs de maladies telles que filarioses, malaria, dengue fever… de l'hémisphère sud vers les pays du nord, à l'instar de la logique économique pour les matières premières. L'utilisation des outils de la propagande - le choix de la mappemonde (de Peters ici) et la suggestion d’une menace imminente manipulent le spectateur. Le travail questionne la fragilité des rapports de pouvoir et révèle les angoisses y relatives. Musée d’Histoire Naturelle Luxembourg 2006
Flora Mar
Part 2: SCENES, maison 22
Le monde mécanique avec sa maîtrise du mouvement fiable et répétitif - qualifié de masculin - rencontre le monde de son contre part féminin, intuitif et inattendu. A côté de l’idée d’un quiproquo conjugal, ce corps d’oeuvre est une  révérence à l’altérité. Il s’agit d’un travail à 4 mains, exécuté à un siècle d’intervalle : photogravure sur cuivre (tirage unique) imprimé sur des dessins originaux réalisés par l’ingénieur Pierre Baldauff pendant ses études à la TU Karlsruhe entre 1900 et 1903
Flora Mar
FINAL CUT
Photo Installation in situ, BGL Building bd. Royal, Luxembourg
Letztes Projekt der Serie « Le CAL en Générale » Cacher pour mieux montrer oder die Konsenslüge der Transparenz, war das  Anliegen des Kollektivs autour du bleu mit dieser Installation in dem Glaspalast einer zentralen luxemburgischen Bank. Die Installation besteht aus grossformatigen Prints auf Stoffbahnen, einer Art Vorhänge also, die vor allem nachts das Erdgeschoss der Bank in eine überdimensionnierte Leuchtreklame verwandeln. Die Bilder stellen die offensichtliche und versteckte Gestik der banker dar.
Flora Mar
PETITE COLLECTION NUMISMATIQUE
Mass events like World Cups or World Conferences often celebrate themselves by launching commemorative coins. Simultaneously, there is an implicit agreement on increasing local businesses of any kind, including prostitution and collaterals. Luxembourg, European Cultural Capital in 2007 choose MIGRATION as official theme/motto for the year. HOTEL A was art collective autour du bleu’s contribution to the topic, emphasizing the particular aspects of  forced migration, human trafficking and prostitution. PETITE COLLECTION NUMISMATIQUE was part of the show HOTEL A
Photo Gudrun Bechet
Flora Mar
ATLASSE, 2015 Atlasse est une « déesse de boudoir » créée par analogie paradoxale aux représentations habituelles des divinités. Elle véhicule une féminité attachante, dépassée par le volume de son fardeau. Atlasse porte son monde à elle, à sa façon. Sa force réside dans la persévérance et la recherche permanente d’un équilibre.
Porcelaine biscuitée, tulle de soie 40 x 24 x 24 cm
Flora Mar
BLOODY BOWLING
Paper objects in a box
Original wrapping papers for blood oranges from Sicily, rolled from scratch to bowling size balls, +/- 60 papers each The distorted black faces originally used as advertisement for the dark coloured oranges become a persiflage of the master-slave relationship in general
Flora Mar
LOST ART: A ONE-NIGHT SHOW
Sur les traces d'œuvres « perdues », voire détruites ou volées, cette exposition temporaire présente une sélection de documents autour du sens, des possibilités et des limites de collection et d'archivage d'art contemporain. Des artistes locaux ont parlé des difficultés à sauvegarder/perpétrer une œuvre (p.ex. dans le cas d'installations) et de la documenter (p.ex. dans le cas de performances).
CASINO LUXEMBOURG Forum d’art contemporain Une exposition temporaire d'un soir qui montre ce qui n'est plus, organisée par Hans Fellner.
01.03.2016
Wax sculpture with stapled cigarette paper dress
EVER TRIED, EVER FAILED TRIED AGAIN. FAILED AGAIN La sculpture originale (2001), suspendue dans l'atelier en vue de sa vocation finale d'un "allume-moi" a tristement fondu au soleil d'un été. Ce soir, l'intention était de rattraper cet acte manqué en ouvrant au feu le rideau d'entrée de l'exposition. Malheureusement j'ai buté sur un NON catégorique du maître des lieux pour des raisons de sécurité.
Avec la participation de: Gerson Bettencourt, Jean-Marie Biwer, Eric Chenal, Elisabeth Flunger, Marie-France Goerens, Marco Godinho, Robert Hall, Flora Mar, Franck Miltgen, Philippe Nathan, Claudia Passeri, Roland Quetsch, Anna Recker, Letizia Romanini, Trixi Weis, Wennig-Daubach, e.a.
Flora Mar
VOULEZ-VOUS GOÛTER? was part of the cross-border art project  MeinAldiMeinCoraDeLuxe  on the topic of (mass)consumption. For the opening nights, the art collective autour du bleu performed as commercial hostesses offering creative snacks. The goal was to boost the public’s growing expectations progressively in the 4 quattropole venues Saarbrucken, Luxembourg, Metz and Trier. The last performance in Trier climaxed in deception: All smells, colours, tastes were just fake. A bonus response came from the Arsenal in Metz/France. The staff simply cancelled our performance in order to keep control over their food. An embodiment of cultural exchange?
Flora Mar
FEEL THE DIFFERENCE
FEEL THE DIFFERENCE est une performance réalisée par le collectif autour du bleu sous forme d’un petit jeu discriminatoire avec le public du vernissage. L’apéritif, champagne ou eau plate, est servi en fonction d’un tirage au sort et vaut pour le reste de la soirée. Cette performance est en relation avec la recommandation insistante de la part du soutien officiel d’utiliser le titre de J’AIME LA DIFFERENCE pour une exposition sur le racisme.
Flora Mar
Flora, in your works I can see the deepest dark as well as luminous brightness. Yes. My art is mainly about myself and thus eventually tracks down to my own dark. As it is "the dark that determines our drift", we are going straight into psychoanalysis. I am attracted by hidden and subterranean topics in order to understand and to map the Conditio humana. The coloured parts in my work come along with another main and ongoing theme: Les Fleurs du Mal - The power of seduction. Seduction operates through attraction, even manipulation, both in biology and in humans. It's a universal rule of the game. The flower - or its analogies - works well for my artistic purpose. Besides... the more I work, the brighter I become. Your work as an artist seems to be grounded in psychoanalysis, but also in your medical studies. Right, my concepts are often lead by a scientific approach. This gives me a freedom characterized by the absence of moral barriers, similar to scientific research. It's all about the mind and the body. Alike a scientist, art practise is my way to come to a deeper understanding of life. Nevertheless many of my outcomes carry a strong element of humour, referring to a kind of "gay science": I seriously try to map the unmappable... Do you consider yourself as a feminist artist? What about the female in your art? I feel deeply rooted in my own femininity. I make my life as a woman and won't ignore this. Certainly, to some extend there are feminist subjects as well as political topics in my work. In fact I don't like the label "feminist" too much, because it may narrow rather than open the view. But yes, the way I treat certain subjects is feminist and the use of materials is sometimes quite feminine. Talking materials: you use all kinds of media, in a contemporary way. Being familiar with scientific approaches, I see my studio as a lab and the outcome as hybrid. As a contemporary artist, there are no a priori in my use of media. Trying out brings me to side paths, surprises or accidental discoveries. My favourite field are inks and papers. Sometimes, basic materials are the best to experiment with. Even major/large scale works are “painted” with inks. Sewing, photography, collages, china, the use of ready-mades, even performing... are options to emphasize a statement or to add a layer. I'm not afraid of any kind of known or unknown medium as soon as it appears relevant. My drawing practice consists of two complementary but opposite moves.  First, creating patterns by repetition leading me towards some kind of trance. Second, final risky gestures giving me the drive I need to carry on. Language and texts are an important part of your works. I feel confident in French, English and German. As my work is quite narrative, I sometimes wonder whether I should write instead of doing visual art. But the big thing about art is that the viewer - if he wants so - is invited to another way of reading, a closer look that brings him inevitably to his own narration. Images are more sensuous than texts. On one hand I want to tell my personal outcome of a research and on the other hand I offer the viewer a mirroring. Artists should be openers, not teachers. I consider writing as a rather 'dry' process; making art appears to be 'wet'. Nevertheless, the titles and written statements are very important. They are the front door to my work and the staircase to the layers. The choice of the language is often spontaneous. Language is my trigger and my fuel during the realization process. Have a look at my notebooks and storyboards! Where are you now? What's up next? Flora in transition... Laid-back, but not resting, especially after the intense experiences of Mapping, Mother and Japan. Tokyo triggered my interest in animated images and space... more to come! Interview by Hans Fellner
Born 1956 in Luxembourg Trained in science and arts Since 1996 professional artist Member of art collective autour du bleu with Gudrun Bechet, Pina Delvaux, Doris Sander, Member of Atelier Empreinte and Cercle Artistique de Luxembourg CAL Living and working in Luxembourg Contact: floramar@pt.lu
Photo Véronique Kolber
Flora Mar
REFERENCES (selection)
2016 LUXEMBOURG ART WEEK, Take Off LOST ART: A ONE-NIGHT SHOW, Casino Forum d’art contemporain Luxembourg 2015 LES FLEURS DU MAL – THE POWER OF SEDUCTION (Tokyo set), résidence d’artiste suivie d’une exposition à l’Ambassade du Luxembourg à Tokyo, août – septembre 2015 JE EST UN(E) AUTRE,  Cercle Cité Luxembourg (catalogue) MOTHER, avec le collectif  autour du bleu dans les 2 centres d’art Dominique Lang et Nei Liicht à Dudelange 2014 MAPPING THE DARK, exposition monographique, Centre d’art Nei Liicht, Dudelange Participation au Salon du Cercle Artistique de Luxembourg 2013 LA STRATEGIE DU COUCOU, avec P. Kammerer, J. et P. Delvaux, Orangerie Englischer Garten, Munich ARTLOOP, Gal. I-Tophane, Istanbul (catalogue) Participation au Salon du Cercle Artistique de Luxembourg 2012 SCENES DE LA VIE CONJUGALE, exposition monographique, Espace Paul Wurth, Luxembourg (catalogue) Participation au Salon du Cercle Artistique de Luxembourg 2011 J’AIME LA DIFFERENCE, Casa das Artes Tavira, Portugal Expositions et manifestations autour du thème du racisme 2010 GRANDS FORMATS, exposition de l’Atelier Empreinte Luxembourg 2009 REG’ART, le regard des artistes sur le monde, Schungfabrik Tétange Participation au Salon du Cercle Artistique de Luxembourg (catalogue) 2008 Participation à ENVERS-ENDROIT, Mâcon, France 2007 HOTEL A, exposition avec le collectif autour du bleu au Centre d’art Dominique Lang à Dudelange (livre d’artiste) Participation au Salon du Cercle Artistique de Luxembourg 2006  EXPORT-IMPORT, installation murale au Musée d’Histoire Naturelle à   Luxembourg, dans le cadre de l’exposition Les Mouches (catalogue) Participation au Salon du Cercle Artistique de Luxembourg 2005 Participation au Salon du Cercle Artistique de Luxembourg 2004  FINAL CUT, installation photographique avec « autour du bleu »  dans le cadre de la série d’expositions « le CAL en Générale » (catalogue) 2003  VOULEZ-VOUS GOÛTER ? Cycle de performances avec autour du bleu dans le cadre de l’exposition itinérante « Mein Aldi Mein Cora Delux » dans les quattropoles Saar-Lor-Lux (catalogue) INNENRÄUME, installation de collages, gravures, photographies, dans un appartement désaffecté à Luxembourg 2001 POLITICALLY INCORRECT, installation, au centre d’art Dominique Lang à Dudelange Membre de l’atelier  de gravure Empreinte à Luxembourg Membre du Cercle Artistique de Luxembourg Membre du collectif autour du bleu avec G. Bechet, P. Delvaux, D. Sander
Website © 2016 Balli Baldauff V28112016
Flora Mar